Etat d’urgence sanitaire : point sur les impacts des décrets en vigueur.

Elections régionales : 7 questions aux candidats

A l’occasion des élections régionales des 20 et 27 juin prochains, Sonerion, la fédération des sonneurs, interroge les candidates et candidats sur leur future politique en faveur de la musique bretonne. Sept questions pour saisir les principaux enjeux créatifs, éducatifs, culturels et politiques autour de la musique de couple et de bagad en Bretagne à cinq départements… et même au-delà !

Ambition

Quelle image avez-vous de la musique « traditionnelle » bretonne ? Quelles ambitions portez-vous pour le développement de cette musique ? Quels engagements  financiers souhaitez-vous y consacrer ?

Transmission

Quelle politique entendez-vous mener pendant votre mandat pour encourager l’apprentissage et la transmission de la musique traditionnelle auprès des jeunes publics ? Quels soutiens, y compris  financiers, apporterez-vous aux structures d’enseignement artistique associatives (sédentaires comme itinérantes) ? Quelle mesure apporterez-vous pour participer au rayonnement de la Bretagne, en France, dans les pays celtiques et dans le reste du monde dans ce cadre d’apprentissage et de transmission ?

Propriété intellectuelle

La richesse de notre patrimoine musical est liée à la succession d’appropriations, de transformations, d’arrangements et de modifications, richesse difficilement compatible avec la notion de propriété intellectuelle défendue par les lois sur les droits d’auteur (régies par le CPI en France).

Sonerion souhaite poursuivre et renforcer le cheminement sans entraves de cette musique et a cher sa vitalité, en créant notamment, aux côtés d’autres associations culturelles (DASTUM, KENLEUR et BCD), une licence libre spécifique à la musique bretonne.

Comment comptez-vous accompagner tous ces acteurs dans cette démarche au service de notre musique et faire aboutir le projet de licence libre pendant le prochain mandat ?

Création

Qu’il s’agisse de la pratique amateure ou professionnelle, quelle politique de soutien à la création artistique traditionnelle et d’inspiration traditionnelle et quelles aides à la diffusion appliquerez-vous ? Encouragez-vous le rayonnement de notre musique en dehors des frontières de la Bretagne et si oui, comment ?

Langues de Bretagne

Notre musique puise ses origines dans la transmission orale ce qui la lie étroitement aux langues de Bretagne. Leur pérennité est une richesse inestimable permettant aujourd’hui des créations artistiques contemporaines et originales.

L’enquête de 2018 sur les langues de Bretagne menée par la Conseil régional indiquait que 5,5% de la population parle breton, soit environ 213 000 personnes dans les 5 départements de la Bretagne historique, avec un âge moyen des locuteurs de 70 ans, soit une augmentation de 7 ans 1/2 depuis l’enquête de 2007. Les chi res étaient très proches en ce qui concerne le gallo. La situation de nos langues est donc extrêmement alarmante. Que comptez-vous faire pour empêcher la disparition de nos langues et en assurer la vitalité pour les jeunes générations ?

Réunification

Le sujet de la réuni cation de la Bretagne est à nouveau d’actualité, comme à chaque nouvelle élection régionale. Sonerion, au travers de ses fédérations dans les cinq départements de la Bretagne historique, vit au quotidien cette réalité tout à la fois culturelle, linguistique, économique, touristique et historique.

Comptez-vous faire de la Bretagne à cinq départements une réalité institutionnelle ? Si oui, par quels moyens ?

Projets

Quels autres projets portez-vous pour la musique et la culture bretonne ?


Nous publierons, via nos supports les réponses obtenues.